La motricité libre

En fait, instinctivement je la pratiquais plus ou moins, laissant mon fils sur son tapis d’éveil machouiller tout ce qu’il pouvait attraper et agiter les bras découvrir son environnement et sa gestualité. Pas toujours évident, passant parfois pour une mère indigne de rester à côté de mon pauvre bout d’chou sans même lui agiter un doudou devant les yeux ou lui pousser une chansonnette. Je le plaçais dès que possible sur son tapis d’éveil, à distance de son repas. Mais (Mea culpa), je l’ai assis contre le coussin d’allaitement. Ne pensant pas une seconde qu’il ne fallait pas le faire et même encouragée par les « alors il tient assis ? ». J’ai fièrement pu annoncer à ses 6 mois qu’il tenait assis seul !

Heureusement pour mon loulou, j’avais vu l’ostéopathe à cette même période qui m’a dit de ne pas le mettre debout sans qu’il s’y mette seul. Il a donc échappé à cette phase verticale forcée et à la marche les bras en l’air. 2 pratiques auxquelles j’aurai certainement cédé devant l’expérience des anciens. Ils savent eux, et toi pauvre neewbie qui pense que ton fils pourra marcher naturellement, sans aide… Hélas, après mon fier « il tient assis tout seul ! », je pense que l’ostéopathe n’a pas osé me reprendre. Ainsi, j’ai dû rester ignorante encore 1 mois, avant de tomber sur un article sur la motricité libre. Pour ma défense devant le tribunal de la motricité libre (si vous vous convertissez à la motricité libre vous risquez de rencontrer pas mal de puristes…), je dois préciser que mon fiston souffre d’un RGO sévère depuis la naissance et ne supportait pas du tout la position allongée à plat.

Tout ça pour dire que si par un heureux hasard google vous a amené sur cette page, j’espère qu’elle vous évitera de faire les mêmes erreurs que moi. J’y consacre une page car je suis convaincue de l’importance de la motricité libre et ce sujet me tient à cœur. De plus cela permet de regrouper toutes les informations en un même endroit et les rend plus faciles à retrouver. (Certes ça fait un gros pavé du coup…)

 

Ne pas placer bébé dans une position qu’il n’a pas acquise lui-mêmeles étapes de la motricité libre

est LE principe de base de la motricité libre. Ceci afin de respecter les étapes de son développement moteur, du retournement dos-ventre à la marche. (Ne faites donc pas comme moi…). Donc ne pas l’assoir si il ne sait pas le faire seul. Ceci pourrait forcer sur ses muscles et créer des tensions, et lui faire sauter des étapes comme le quatre pattes, qui sont importantes pour son développement moteur. Ne pas le mettre debout non plus tant qu’il ne le fait pas seul. Également ne pas le faire marcher en le tenant par les bras, cela ne l’aide pas à trouver seul son équilibre.

 

La motricité libre a été développée par la pédiatre hongroise Emmi Pikler dans les années 50/60. Elle est aujourd’hui enrichie notamment par la pratique et les écrits de Michèle Forestier, kinésithérapeute.

« Il importe de ne pas le contrarier en faisant intrusion, en exposant par exemple le bébé à des postures qu’il n’a pas encore découvertes et qu’il n’est pas encore prêt à adopter, lui enlevant la joie de découvrir par lui-même et la confiance en ses propres capacités. »

Emmi Pikler

La motricité libre ou respecter

les étapes du developpement moteur autonome de l'enfant
Déroulement du développement moteur autonome selon Emmi Pikler

toutes les étapes motrices jusqu’à la marche

Toutes les étapes qui précèdent la marche sont importantes pour l’acquisition d’une marche assurée et pour que l’enfant se sente bien dans son corps. Il est donc important de lui laisser le temps de toutes les expérimenter. Ainsi, l’enfant va d’abord apprendre à se retourner au sol, ramper, puis se mettre sur le côté avant de s’assoir seul et de faire du quatre pattes. Puis il passera en position du « chevalier servant » (relevé sur les genoux), et debout avec ou sans support. Ensuite il se déplacera en longeant les meubles ou en attrapant tout ce qui passe (tabouret, caisse, chaise…) avant de se lâcher et tester son équilibre, et enfin de se lancer à faire ses premiers pas !

Bien sûr tous les enfants ne passent pas forcément par toutes ces étapes, et chacune d’elle dure plus ou moins longtemps selon les enfants. Certains une fois debout vont marcher assez vite, tandis que d’autres prendront leur temps et attendront d’être totalement assurés.

 

<a href="https://bougribouillons.fr/motricite-libre/">www.bougribouillons.fr</a>
Motricité libre – Autonomie

Chaque enfant a son rythme.

La motricité libre c’est aussi respecter ce temps de développement, faire confiance à l’enfant qui est « programmé » dans tous les cas (sauf problème médical) pour marcher ! (Et aussi rester zen face aux remarques « Comment ? Il ne marche pas encore à 13 mois ?! J’ai une voisine dont la fille a 11 mois et elle marche ! Il faut lui acheter un Youpala pour qu’il s’entraine ! » Euh, comment te dire… Respirer donc face à ce genre de remarques et (tenter) de faire preuve de pédagogie. « Oui il ne marche pas encore mais chaque enfant à son rythme, il se lancera quand il sera prêt……… »). Mais c’est vrai qu’en tant que parents, on a toujours hâte qu’arrive ce moment des premiers pas.

L’accompagner dans sa motricité plutôt que de le placer dans des positions non acquises.

Du sol…
Motricité libre - Aménager un espace
Motricité libre – Aménager un espace

Dès le plus jeune âge on pourra placer bébé à plat sur le dos (sauf contre-indication due à un reflux par exemple) sur un tapis ferme mais confortable (pas sur un lit par exemple qui sera trop mou et où il s’enfoncera et ne pourra pas se retourner). Le placer au sol au maximum, afin de le laisser évoluer et expérimenter (on restera bien sûr présent à ses côtés pour l’encourager et le rassurer). On peut l’accompagner en l’aidant à se retourner mais pas faire pour lui. Le laisser faire ses découvertes. Éviter les arches sur les tapis d’éveil qui peuvent le bloquer dans une position et l’empêcher d’aller explorer ailleurs. Si on a la place, on pourra lui aménager un petit coin jeu dans lequel il pourra évoluer en toute sécurité et autonomie. En plaçant par exemple des tapis au sol, une glace pour se voir dans ses déplacements et des boites de jeux à sa hauteur, qu’il pourra choisir de façon autonome. Certains vont plus loin en y mettant des modules de motricité, piscines de boules, tunnels…

… à la marche

Quand bébé se tient debout et se déplace contre les meubles, on peut lui proposer un chariot de marche, lesté ou avec des freins afin qu’il ne l’attire pas trop vite vers l’avant. (Un tabouret ou une caisse qu’il pousse sont très bien aussi). Par contre, le fameux youpala est à bannir car dangereux (interdit dans plusieurs pays). De plus, bébé n’y est pas libre de ses mouvements (il ne peut pas en monter ou descendre seul, donc contraire à la motricité libre). Il peut en plus lui faire adopter une mauvaise position. Bref, il a tout pour déplaire ! Pour ce qui est des porteurs (camions ou animaux à roulettes) on peut les utiliser si bébé sait y monter ou descendre seul.

Motricité libre au sol
Motricité libre au sol

La motricité libre c’est aussi laisser bébé faire ses propres expériences.

Motricité libre - Faire seul
Motricité libre – Faire seul

Par exemple grimper, redescendre du canapé, explorer la maison… Bien sûr l’adulte peut au départ se placer à côté pour parer en cas de culbute, mais sans tenir l’enfant, en étant juste à une distance qui permette de réagir au cas où. Mais surtout laisser l’enfant faire ses propres cheminements et se sentir capable de les faire seul, sans l’aide d’un adulte. Cela est important pour la confiance qu’il aura en lui-même. Cela demande aussi au préalable d’avoir sécurisé la maison, en se mettant à hauteur de bout d’choux pour regarder tout ce qu’il pourrait attraper d’indésirable. Il faut aussi mettre des caches prises, bloquer certains placards…

 

 

 

Le monde caché des bébés from Mairie de Lambersart on Vimeo.

Petits pieds nus autant que possible.

Le pied du bébé a besoin de se muscler, et c’est en restant libre qu’il pourra le faire. Ainsi, il sentira mieux ses appuis et son équilibre. En effet le pied contient des capteurs sensoriels grâce auxquels l’enfant va ajuster sa posture. Si le sol est froid, des petits chaussons en cuir souple avec ou sans chaussettes à l’intérieur sont recommandés. Dès que bébé fera ses premiers pas, il pourra mettre des chaussures spéciales premiers pas à semelle souple (vous devez pouvoir la plier dans votre main, en longueur mais aussi en largeur) pour les sorties. Mais le pied nu est recommandé autant que possible à la maison. N’achetez surtout pas de chaussures à semelles rigides (même si la vendeuse insiste) qui l’empêcheront de bien bouger le pied et plier les genoux (effet chaussures de ski). Évitez également les voutes plantaires, l’enfant ayant naturellement le pied plat, la voûte se formant jusqu’à 6 ans. La chaussure ne devra pas non plus monter trop haut à l’arrière sur la cheville. En fin d’article vous trouverez des liens de podologues et ostéopathes approfondissant ces notions, ainsi que des liens vers des sites ou vous pouvez trouver ce type de chaussures (non sponsorisé).

Motricité libre - Vêtements
Motricité libre – Vêtements

Autres pratiques autour de la motricité libre :

Le bain libre : Cela consiste à laisser bébé (toujours sous la surveillance de ses parents évidemment) allongé avec de l’eau à hauteur d’oreille plutôt que de l’assoir ou le mettre dans un transat. Je n’ai pas pu tester personnellement n’ayant pas de baignoire assez grande, mais j’évoque cette pratique pour ceux qui pourraient être intéressés.

Le retour d’expérience d’une maman psychomotricienne sur le bain libre.

Comment pratiquer la motricité libre quand bébé a un RGO (Reflux Gastro Œsophagien) ?

Ne pas assoir bébé, c’est bien en théorie, mais quand on a un bébé qui souffre d’un RGO sévère, la pratique de la motricité libre est plus compliquée. (Je dis pas ça pour ma défense si vous n’avez pas sauté l’intro de cet article). Il existe quelques petites astuces pour essayer d’allier confort et développement moteur, mais il faut bien-sûr privilégier le bien-être de bébé avant la pratique de la motricité libre et ne pas le placer à tout prix dans des positions qui seraient douloureuses pour lui. Pour ma part, je plaçais un plan incliné sous le tapis d’éveil. Effet toboggan garanti au bout de 5 minutes, mais c’est déjà mieux pour son développement que le transat.

Sur les conseils de son ostéopathe (je l’y ai amené à chaque étape de son développement pour vérifier que rien ne le gênait dans ses mouvements), je le plaçais sur le ventre avec le coussin d’allaitement passant sous ses aisselles et son thorax, pour éviter les régurgitations dans cette position.

L’expérience et les conseils en image d’une maman monitrice baby-gym et monitrice de portage sur la pratique de la motricité libre avec un bébé souffrant d’un RGO.

 

13 points pour résumer :

(pour ceux qui auraient la flemme n’auraient pas le temps de tout lire)

 

    • Placer bébé sur un tapis au sol au maximum, dès le plus jeune âge.

 

    • Ne pas forcer bébé à adopter des positions qu’il n’a pas acquises seul.

 

    • L’encourager par une présence bienveillante mais pas trop dirigiste. Faire confiance et donner confiance à l’enfant, ne pas faire à sa place.

 

    • Sécuriser la maison pour pouvoir le laisser évoluer librement en toute sérénité. (Caches-prises, cales portes, accrocher les meubles au mur, bloques portes…).

 

    • Encourager son autonomie, la découverte de son environnement et de la nature.

 

 

    • Préférer les chariots de marche.

 

    • Utiliser le transat avec parcimonie (limiter son usage à 30 min par jour).

 

    • Éviter le parc ou l’utiliser seulement si on doit s’absenter quelques minutes de la pièce.

 

    • Ne pas tenir l’enfant les bras en l’air pour le faire marcher.

 

    • Le laisser autant que possible pieds nus, ou avec chaussons souples.

 

    • Lui mettre des chaussures à semelle souple pour sortir quand il marche (avant la marche les chaussures sont inutiles).

 

  • L’habiller de vêtements confortables qui lui permettent de bouger sans gêne.

 

Pour conclure,

sachez qu’en passant du côté lumineux, vous essuierez certainement quelques remarques venant des 2 camps (les non-convertis et les trop convertis). Vous aurez certainement droit à : « Mais tu le laisses pieds nus, il va attraper froid », « – Tu ne vas pas lui acheter de vraies chaussures maintenant qu’il marche ? – Mais ce sont de vraies chaussures, grrrrr ? », « Si tu ne l’aides pas il marchera jamais ! », « Il ne marche pas encore ???? Il faut lui acheter un youpala » et d’un autre côté il faudra faire face à « Jamais de transat, c’est pas ML ! (Motricité Libre pour les intimes) » « Même si ton bébé a un RGO il ne faut pas l’assoir. »

Bref comme toujours, le meilleur conseil pour s’y retrouver est de suivre son instinct et de faire passer en priorité le bien-être de son bébé. (Par exemple un RGO est très douloureux, on ne va donc pas insister pour laisser bébé dans une position où il a mal). Il faut aussi s’armer de patience avec certaines personnes pour affronter les assauts de ceux qui voudraient malgré tout mettre votre bébé dans un youpala, le chausser avec des chaussures de ski, ou le faire marcher en le tenant. Dans ce cas, tentez la pédagogie  (en dégainant les quelques affiches et documents en lien par exemple). Enfin si les personnes sont vraiment réfractaires, rappelez-leur que tous les enfants finissent par marcher avant leur 18 ans et que vous êtes ses parents et donc c’est vous qui faites les choix d’éducation pour votre enfant.

N’hésitez pas à me faire vos retours sur votre pratique de la motricité libre au quotidien.

 

Pour aller plus loin :

• Le site sur la pédagogie Lockzy de la pédiatre Emmi Pickler : http://pikler.fr

et son ouvrage de référence (actuellement épuisé) : Se mouvoir en liberté dès le premier âge

• Le site de Michèle Forestier : http://michele-forestier.fr

et son ouvrage de référence : De la naissance aux premiers pas

Le petit guide très complet de la Mairie de Paris sur la motricité libre pour les parents d’enfants en crèche (mais pas seulement…).

• Un article très intéressant du site lesprosdelapetiteenfance.fr/

• Le point de vue d’une ostéopathe sur la motricité libre : osteopathiemontpellier.fr

et son expertise sur les bienfaits du pied-nu et comment chausser les bébés

• Un article très intéressant d’une maman psychomotricienne sur l’importance de chausser les bébés en souple et comment

• 2 groupes facebook avec pleins de conseils et de marques de chaussure souples : presque pieds nus et chaussons-nous en souple

• L’expertise d’une maman psychomotricienne sur la motricité libre : http://journalpsychomotricienne.fr

• Un groupe Facebook modéré par des professionnels de la petite enfance pour répondre à toutes vos questions sur la motricité libre.

De beaux modules de motricité au prix modéré, fabriqués par un artisan.

• Un site vendant et expliquant les bienfaits des chaussures souples.

• Les jolies illustrations sur la motricité libre viennent du blog de l’illustratrice Bougrie : bougribouillons.fr

 

Partagez, partagez…
  • 106
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.