propreté pot

La propreté c’est parti ! Et c’est reparti…

Classé dans : On a testé | 0
Ah la fameuse propreté (ou ‘acquisition de la continence’, c’est plus juste mais ça faisait trop long comme titre 😉 ) ! Ça doit être un bonheur quand elle vient du jour au lendemain comme chez certains enfants ! Mais quand elle tarde à venir, la fameuse dead line de l’entrée en maternelle rend la chose très stressante !

On se pose alors 1000 questions. Ai-je raté le coche ? Est-ce que j’aurais dû être plus incitative vers ses 18 mois quand il commençait à montrer un intérêt pour le pot (enfin, surtout comme chapeau ou pour y ranger ses tétines :/ (précisons qu’il n’avait pas servi encore !)).

Quand elle te rend limite psychopathe et que tu te surprends à scruter si ses camarades de crèche ont encore le dernière rebondit par une couche ? Ah ça y est, lui aussi est propre ! Il ne reste plus que mon fiston !!!  (Chacun son rythme on est d’accord, mais c’est vrai qu’on est plus facilement zen quand les étapes ne tardent pas à arriver.)

gif F.Foresti

 

Quand on te dit de ne pas paniquer, il reste encore 6 mois avant la date fatidique de l’entrée en maternelle. Quand on te dis de ne pas paniquer, il reste encore 3 mois avant la date fatidique de l’entrée en maternelle. Quand on te dis de ne pas paniquer, il reste encore l’été, et en été il s’en passe des choses madame, votre enfant va beaucoup grandir madame, avant la date fatidique de l’entrée en maternelle. Quand ça y est la date fatidique est dans 1 semaine et que… C’EST LA PANIQUE !!!! (mais une panique discrète, sinon il va faire un blocage 🙂 !)

gif panique

Car certains jours il fait encore 5 pipis par terre. Car il ne demande jamais de lui même à aller sur le pot ou aux toilettes. Car il vient de passer 15 minutes sur son pot qu’il a laissé bien propre, et arrose copieusement ton tapis 3 minutes après. Car quand il commence c’est pas 3 gouttes mais plutôt les grandes eaux de Versailles.

Et puis il y a ces espoirs, une journée avec un seul « accident », un réveil de sieste « au sec » qui font dire ça y est ! Espoir ! On met le champagne au frais ! Et le lendemain c’est le canapé de mamie (ouf pour le nôtre :D) qui a encore été arrosé.

Quand on espère une émulation qui ne vient pas…

 

 

Help, I need somedy, help !

Alors on se dit qu’est-ce que j’ai raté ? On se tourne vers les livres, vers la crèche, vers les blogs d’autres mamans qui galèrent ou qui réussissent. Est-ce qu’en ne lui mettant aucune pression on l’empêche d’évoluer vers autre chose ? Est-ce que j’aurai dû le récompenser comme le suggèrent certains site ? Ah surtout pas disent d’autres sites, il ferait alors pour la récompense et pas pour lui. Ça parait assez logique. On adopte le pas de récompense.

On se tourne aussi vers sa môman, même si c’était une autre époque et les méthodes d’éducation différentes, elle en a élevé 5 donc elle a une « petite » expérience de la chose. Sur 5, sans pression, chacun de nous a été propre à des âges différents. Moi ce fût à 18 mois du jour au lendemain, de jour comme de nuit sur ma décision (oui le bébé de rêve, c’est ensuite que ça s’est gâté). Bon alors on va attendre que le petit loulou prenne sa décision. Attendre, attendre, attendreeeeee… Ne pas angoisser sur le sujet. Sinon il va le sentir et ça va le braquer. Mais ça ne vient toujours pas. « Il n’est pas prêt, c’est trop tôt pour lui » vous assène une autre maman. « Mais c’est lui qui ne veut plus mettre de couche » lui répondez vous.

Alors on attend…

Son pot connait une vraie traversée du désert. De temps en temps il le gratifie d’une petite ou grosse commission, mais très rarement et en général sur notre proposition. On tente aussi le réducteur, pour faire « comme les grands ». Pas mieux… Les journées sans couche on se dit que ça serait pratique de se greffer une serpillère, la machine à laver devient notre seule amie et on écume internet pour savoir comment nettoyer ce gros coussin et ce tapis qui ne veulent absolument pas y rentrer.

 

Et puis il y a eu… Le miracle de la rentrée !

Et puis ça y est, cette fameuse rentrée à l’école a eu lieu. La MATERNELLE. La première rentrée. Un moment déjà stressant en soi, mais encore plus quand tu te dis qu’il ne va pas être bien à cause de ça, qu’il risque de passer sa journée mouillé, que ça lui rajoute une pression supplémentaire (déjà pas de tétine pour un tétine addict et pas de doudou pendant la journée c’est un peu rude)… Et là je dois dire que je suis épatée (ça s’utilise encore ce mot ?!), 1 ou 2 accidents seulement en 3 semaines à l’école. Ça y est on allait sortir la bouteille du frigo (de champagne si vous suivez depuis le début)…

propreté pot

 

Et puis il y a eu… Le samedi tsunami !

Ce fameux samedi ce fût pas 1 ni 2 ni 3 pantalons trempés, mais… 8 ! Et oui ! Je ne sais pas si il a voulu essayer toute sa garde-robe en une seule journée, si il voulait éviter à ses parents tout risque d’ébriété (?), si c’est trop de stress qui retombe. Ma raison me fait pencher pour cette dernière proposition. Et là je me dis, mais quelle pression il subit ce pauvre loulou pour se lâcher comme ça (enfin là avec le recul je regarde ça avec bienveillance, mais au 8e pipi de la journée et je sais que ce n’est pas sa faute, j’ai eu du mal à le rester.). Bref tous mes espoirs sont partis en fumée ce fameux samedi…

Mais on ne désespère pas, globalement c’est vraiment mieux, il a même demandé pour la première fois à y aller lui-même. De toutes façons c’est comme pour la marche, il va bien finir par être propre un jour ou l’autre ? Hein, dites ? (enfin le rayon couche du supermarché et ses panty night 8-15 ans n’est pas là pour me rassurer.)

 

Quelques lectures et trucs qui peuvent aider
  • Mon bébé devient propre d’Edwige Antier. Bien que certaines parties soient un peu datées, comme la révolution des couches culottes, d’autres proposent des pistes intéressantes comme la propreté à la couche ou la propreté dès la naissance avec l’Hygiène naturelle Infantile (à faire dès la naissance, encore une chose que j’aurais aimé connaître).
  • Les Culottes de propreté qui peuvent vous sauver la rentrée et quelques cheveux blancs, dont j’ai entendu parler sur le chouette blog de working mutty
  • Le toujours excellent site naitre et grandir (même si ils recommandent les récompenses pour l’apprentissage) et ses dossiers complets.
  • Le réducteur avec marchepied

Edit du 30/11/18 : Après une visite chez la pédiatre celle-ci nous a suggéré une nouvelle astuce : lui mettre une montre qui bip toutes les heures et le jeu est qu’il aille très vitre sur son pot quand elle sonne. A tester… Sinon elle nous a aussi dit que les apnées du sommeil (car je lui disait que mon fils en faisait) peuvent retarder l’acquisition de la continence car l’enfant est trop fatigué pour se concentrer… A suivre aussi, nous avons maintenant RDV chez l’ORL.

Côté littérature enfantine, pour une fois, les lectures qu’on lui a faites n’ont pas eu l’air d’avoir trop d’effet. Mais après la peur qu’à suscité la vue de son premier caca dans le pot, on a apprécié le livre au titre évocateur de « à chacun sa crotte » de Taro Gomi, devenu semble t-il « on fait tous caca » entre temps. Il y a aussi « Qu’y a t-il dans ta couche » de Guido Van Genechten avec des petits rabats à soulever qui plaisent beaucoup aux enfants (livre star à la crèche), et, du même auteur « Comme tout le monde » qui reprend un peu la formule d' »1,2,3 sommeil  » mais avec le pot.

Et vous ? Où en sont vos loulous ? Commencent-ils à s’intéresser au sujet ou vous commencez à désespérer ? Avez vous découvert un livre génial sur le sujet ?

Partagez, partagez…
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.